Cercle Amélie Murat


cercle amélie murat

poésie

ESPIONS DE DIEU

... et sourirons à des papillons d'or..
Comme si nous étions les espions
de Dieu.
W Shakespeare

Dans l'arbre à papillons,tant de flammes, tant d'ailes
surtout les blanches, lentes, parfois rapides.
Venus des cantons verts, en transe. Femelles, mâles.

Comme le pur amour d'homme et de femme, ici
non loin de la cabane en planches, signe pur.
Venus du monde, cerfs-volants minuscules
surgis des profondeurs, les papillons de l'air secret.
Les mélodieux sans mélodie, battant l'air, sans un bruit,
flocons de neige éparpillés, or pâle, cuivre, leurs ailes.

Chaque instant vibre de ferveur. Seul compte croire
aimer et contempler, le réel est sans fin, sans limite,
il étonne. Ainsi, espions de Dieu,
explorateurs de la contrée, gardiens d'un phare,
- il ouvre un oeil alerte
sur les confins de l'univers, moins grand
que la beauté sans limite d'une âme- nous partirons.
Nous guetterons là-bas, ici. Nous resterons
là-bas, nous resterons ici. Nous sommes les veilleurs
dans les nuits du monde.

Philippe DELAVEAU Invention de la terre



Sommaire