Cercle Amélie Murat


cercle amélie murat

poésie

Le crocodile.

Je vis de haine et d'eau fraîche
dans une couverture
pourrie par les mites
Sur ce trottoir moribond
je scrute les cœurs des passants
alliant leur indifférence
à ma misère sordide de rat
Je fuis leurs regards accusateurs
qui prolongent ma peine
La douleur est pénétrante comme ce froid
qui paralyse mes muscles avachis
Ma meilleure amie est cette bouteille vert-gris
où je tente de scruter mon avenir de mendiante
Un enfant me jette une pièce
Elle rebondit comme une prière inexaucée
J'aime le vin
Il n'y a que lui
pour me réchauffer
pour oublier mes douleurs
Mon corps a disparu
sous les feuilles et le vent
Je suis devenue crocodile
Oui,c'est ça
Je suis un crocodile qui hante ce marécage
traînant son ventre dans la poussière
à la recherche de quelque chose
à me mettre sous la dent

Je chante les os broyés par le temps
et la dramatique attente de la mort

Brigitte MARTIGNAT



Sommaire